Bénédictines de Sainte Bathilde

 

Prier avec les Pères

Le Verbe s’est fait chair.

Dessin Sr M.Boniface ©Bénédictines de Vanves

texte d’Augustin Guillerand

Le Prologue de l’Évangile de saint Jean est incontestablement la plus profonde page d’histoire qui ait été écrite. Les plus grands génies se sont efforcés de la pénétrer Et cependant ils sont restés sur le premier seuil de l’abîme que contemplait saint Jean.

 >>> 

Aimez le petit enfant (sermon d’Aelred de Rievaulx)

©bénédictines de vanves

Aujourd’hui nous est né le Sauveur du monde, qui est le Christ Seigneur, dans la ville de David (cf. Lc 2,11-12), qui est Bethléem.

Nous devons donc y accourir comme firent les bergers lorsqu’ils eurent entendu cette nouvelle,

 >>> 

St Pierre Chrysologue : L’Agneau est montré aux bergers

Aujourd’hui, avertis par les anges, adorons avec les veilleurs l’enfant déposé dans la crèche...
©Prieuré Ste Bathilde Sr Marie-BonifaceLa Vierge a enfanté un Fils à Dieu,
celui qui devait supprimer la sentence de mort et nous apporter la vie éternelle. (...)
Sainte, la Vierge a cru ; sainte, elle a conçu ; après l’enfantement plus sainte encore elle est devenue. (...)

Que tous les âges prêtent l’oreille à ce que l’on n’a jamais entendu.

 >>> 

St Ephrem : Dans l’attente de l’Esprit

Les apôtres étaient là, assis, attendant la venue de l’Esprit.

Ils étaient là comme des flambeaux disposés, qui attendent d’être allumés par l’Esprit-Saint pour illuminer toute la création par leur enseignement.

Ils étaient là comme des cultivateurs portant leur semence dans le pan de leur manteau qui attendent le moment où ils recevront l’ordre de semer.

 >>> 

St Jean Chrysostome : Alleluia ! Le Christ est ressuscité !

Adam, relève-toi - ©Martigné

Homélie pour le saint et grand jour de la Pâque

Que tout homme pieux et ami de Dieu jouisse de cette belle et lumineuse solennité. Tout serviteur fidèle, qu’il entre avec allégresse dans la joie de son Seigneur.

Celui qui a porté le poids du jeûne, qu’il vienne maintenant toucher son denier.
Celui qui a travaillé depuis la première heure, qu’il reçoive aujourd’hui le juste salaire.
Celui qui est venu après la troisième heure, qu’il célèbre la fête dans l’action de grâce.
Celui qui est arrivé après la sixième heure, qu’il n’ait aucun doute, il ne sera pas lésé.

Si quelqu’un a tardé jusqu’à la neuvième heure, qu’il approche sans hésiter.
S’il a traîné jusqu’à la onzième heure, qu’il n’ait pas honte de sa lenteur,
car le Maître est généreux,
il reçoit le dernier comme le premier ;
il accorde le repos à l’ouvrier de la onzième heure comme à celui de la première.

 >>> 

A noter

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales