Bénédictines de Sainte Bathilde

De l’humilité : chapitre 7, 35 - 43

dimanche 15 décembre 2013

Le quatrième échelon de l’humilité : la patience...

Le quatrième échelon de l’humilité pour un moine, c’est, dans ce chemin de l’obéissance, de s’attacher très fort à la patience, avec un cœur qui garde le silence, même quand on lui commande des choses pénibles et contrariantes, même s’il faut souffrir l’injustice. C’est aussi de ne pas perdre courage et de ne pas reculer quand il faut supporter tout cela. La Bible dit : « Celui qui restera fidèle jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé » (Mt 24, 13).
Et encore : « Rends ton cœur fort et attends le Seigneur » (Ps 26, 14). La Bible veut montrer ceci : celui qui croit en Dieu doit tout supporter pour le Seigneur, même les choses les plus contrariantes. C’est pourquoi elle fait dire à ceux qui souffrent : « A cause de toi, on nous condamne à mort tous les jours. On nous traite comme des brebis qu’on va bientôt tuer » (Ps 43, 22 ; Rm 8, 36)
Mais ces frères sont tout à fait sûrs de la récompense de Dieu qu’ils espèrent. Et pleins de joie ils ajoutent : « Dans toutes ces souffrances, nous remportons la victoire à cause de Celui qui nous a aimés » (Rm 8, 37).
A un autre endroit, la Bible dit encore : « O Dieu, tu nous as mis à l’épreuve, tu nous as fait passer par le feu, comme on fait passer l’argent par le feu. Tu nous as fait tomber dans un piège. Sur notre dos tu as mis des poids très lourds » (Ps 65, 10-11). Et pour montrer que nous devons être sous l’autorité d’un supérieur, la Bible continue en disant : « Tu as placé des hommes au-dessus de nos têtes » (Ps 65, 12).
C’est par la patience que ces moines accomplissent le commandement du Seigneur au milieu des souffrances et des injustices. On les frappe sur une joue, ils présentent l’autre. On prend leur vêtement, ils donnent celui qui leur reste encore. On leur demande de faire un kilomètre, ils en font deux (Mt 5, 39-41).
Avec l’apôtre Paul, ils supportent les faux frères (2 Co 11, 26). Et à ceux qui leur jettent des malédictions, ils répondent par des bénédictions.(1 Co 4, 12)

COMMENTAIRE Avec ces premiers versets du quatrième degré de l’humilité, Benoît nous offre un vrai collier de citations bibliques. Joyau d’orfèvrerie à ne pas regarder en passant, à ne pas ranger au coffre trop vite, à ne pas jeter aux porcs, comme dit l’Évangile.
Ce joyau de l’humilité est bien pour nous, il nous est offert, non comme parure extérieure, mais comme parure du cœur. Ce collier du cœur profond nous est donné à chacune, à chacun, et reflète à travers chaque perle de diamant notre vie transfigurée par la présence du Seigneur, par la patience avec laquelle Dieu nous façonne.

A la patience de Dieu, Benoît nous invite à répondre par notre patience. _ C’est sans doute cette lumière qu’il nous faut garder, lumière pour regarder la parure intérieure de notre cœur, peu à peu transformée par l’écoute de la Parole, par la contemplation et la célébration de son œuvre de salut, par une meilleure intelligence de l’obéissance de la foi.
Même si nous disposons de peu de temps, arrêtons-nous chaque jour un instant, pour accueillir cette patience, fruit de l’Esprit. L’ayant accueillie, recueillons-la dans le concret de notre journée, comme on recueille un diamant trouvé et que l’on dépose dans un écrin.

Prenons alors le temps de regarder ce collier de diamants, taillés par notre vie, nos relations, notre labeur, et offrons-le, offrons cette patience devenue notre patience, offrons ce collier de diamant à la miséricorde de Dieu !
Nous aurons sans doute le regard plus ébloui, plus lumineux, plus heureux… de ce que Dieu accomplit.

L’humilité nous conduit à l’action de grâces pour cette patience qui prend chair en nous. Mais pour cela, il faut laisser, comme l’écrivait Teilhard de Chardin, s’écarter les fibres de notre être, toutes les fibres de notre être le plus profond pour que l’Esprit agisse, et que Dieu y fasse sa demeure.

Longue patience, belle parure, encore cachées à nos yeux de chair, mais pas tout à fait à ceux de la foi ouverts par la relecture !

Soyez d’heureux chercheurs de diamants et de minutieux orfèvres !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales