Bénédictines de Sainte Bathilde

La vie monastique

lundi 16 mars 2009

La communauté d'Ambositra « Une école où l’on apprenne à servir le Seigneur »
« L’atelier où nous devons travailler avec ardeur, c’est le cloître du monastère, avec la stabilité dans la communauté. » RB, Prologue

L’élément fort de notre vie est la vie communautaire : nous cherchons Dieu ensemble.

Benoît dit qu’il fonde une école du service du Seigneur pour « lutter contre les vices et sauvegarder la charité », ce que nous pouvons traduire aujourd’hui par :
chercher Dieu ensemble dans le concret de la vie.

La vie dans le monastère est marquée par un désir : ne rien préférer au Christ.
Le quotidien en est l’expression. Il est marqué par la simplicité.

Les éléments constitutifs sont
- la prière liturgique,
- la lectio divina et l’oraison,
- le travail
- l’hospitalité.

Chantres à Martigné C’est la prière commune qui rassemble six fois par jour toutes les sœurs de la communauté pour la célébration de l’Office divin. Toutes les activités prévues gravitent autour des offices.
Les journées sont organisées de manière à permettre de longs temps de solitude pour l’oraison silencieuse et pour la lectio divina. Elles façonnent en nous au long des années un cœur de disciple.

La communauté vit de son travail, et assure ce qui est nécessaire à la vie fraternelle : préparation des repas, entretien de la maison, ménage, lingerie, courses. Chacune reçoit dans l’obéissance son travail et les services à accomplir pour le bien de toutes.

Travail à Toffo En ces lieux de maturation humaine, de conversion et de service mutuel, chacune donne le meilleur d’elle-même en assumant le poids du labeur, commun à tout être humain. En moyenne, nous travaillons cinq à six heures par jour.

L’hospitalité fait partie intégrante de notre vie.

Au cours de nos réunions de communauté, nous échangeons les nouvelles de nos amis, de nos hôtes, de nos familles, les informations entendues, nous élaborons nos projets, nous discutons de nos choix, nous nous détendons ensemble, et nous savons fêter les événements importants comme une entrée au noviciat, une profession, un jubilé, voire un « changement de dizaine » pour les anniversaires et les fêtes patronales de chacune !

Pas de vie communautaire sans pardon, le chapitre des coulpes est ce moment où les sœurs peuvent reconnaître leurs manquements, temps pour se réconcilier avant le coucher du soleil quand on a pu blesser la communion fraternelle.

 
© 2018 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales