Bénédictines de Sainte Bathilde

Sagesse Bénédictine et Sagesse Malgache

mardi 28 avril 2009

C’est comme un travail d’irrigation des rizières :
on ne peut l’accomplir sans la solidarité de tous.
Ceux qui sont sous le ciel forment une seule natte.


- Règle 58, 7 : Il examinera avec attention si le novice cherche vraiment Dieu.

La jarre n’a qu’un désir, l’eau seule lui tient à cœur.


- Règle Prol 47-48 : Si, toutefois, il s’y rencontrait quelque chose d’un peu rigoureux, qui fût imposé par l’équité pour corriger nos vices et sauvegarder la charité, garde-toi bien, sous l’effet d’une crainte subite, de quitter la voie du salut dont les débuts sont toujours difficiles.

Le riz ne devient blanc que pilé dans le mortier.


- Au monastère : Prière - lectio - travail

Le trépied qui permet de cuire ce qu’il y a dans la marmite


-  A Ambositra, travail dans les rizières Prière - travail

C’est comme l’amitié du riz et de l’eau :
ils ne se séparent pas dans la rizière
et à la maison ne s’abandonnent pas.





- Règle 3,3 : Ce qui nous fait dire qu’il faut consulter tous les frères, c’est que souvent Dieu révèle à un plus jeune ce qui est meilleur.

C’est comme le vannage du riz : les grains non décortiqués, si la mère ne les voit pas, son enfant les apercevra.


-  Vue du monastère Règle 7,10.13 : Voici donc le premier degré d’humilité : il consiste à fuir toute négligence... L’homme estimera que Dieu, du haut du ciel, le regarde à tout moment, qu’en tout lieu le regard de la divinité voit ses actes et que les anges les lui rapportent à tout moment.

Ne te crois pas seul dans la vallée déserte car Dieu est au-dessus de ta tête.


- Règle 6,4 : Il est écrit, en effet : "Tu n’éviteras pas le péché en parlant beaucoup ;" (Pr 10,19)

Les paroles sont comme des œufs, une fois écloses, elles ont des ailes.


- Règle Pr 45 : C’est à cette fin que nous voulons fonder une école où l’on serve le Seigneur

C’est comme des frères qui entrent dans la forêt : je me fie à lui, il se fie à moi.


- Règle Prol 49 : A mesure que l’on progresse dans la vie religieuse et dans la foi, le coeur se dilate, et l’on court dans la voie des commandements de Dieu, avec la douceur ineffable de l’amour.

C’est comme celui qui mange des figues sauvages : au début c’est amer, mais à la fin c’est doux.

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales