Bénédictines de Sainte Bathilde

Saint Joseph : l’homme du silence

lundi 18 mars 2019

Combien ce grand saint que nous fêtons fut fidèle en l’humilité ! Il ne se peut dire selon sa perfection, car, malgré ce qu’il était, en quelle pauvreté, en quelle abjection ne vécut-il pas tout le temps de sa vie ! pauvreté et abjection sous lesquelles il tenait cachées et couvertes ses grandes vertus et dignités.

Ô vraiment, je ne doute pas que les anges, ravis d’admiration, ne vinssent, troupes à troupes, le considérer et admirer son humilité lorsqu’il tenait ce cher Enfant dans sa pauvre boutique où il travaillait de son métier pour nourrir et le fils et la mère qui lui étaient commis.

Il n’y a point de doute que saint Joseph ne fût plus vaillant que David et plus sage que Salomon ; néanmoins, le voyant réduit en l’exercice de la charpenterie, qui eût pu juger cela s’il n’eût été éclairé de la lumière céleste, tant il tenait cachés tous les dons signalés dont Dieu l’avait signifié.

Vous entendez combien la dignité de saint Joseph était relevée et combien il était rempli de toutes sortes de vertus ; néanmoins, vous voyez d’ailleurs combien il était rabaissé, humilié, plus qu’il ne se peut dire ni imaginer. Regarder comment l’Ange le tourne à toutes mains. il lui dit qu’il faut aller en Egypte, il y va ; il commande qu’il revienne, il s’en revient. Dieu veut qu’il soit toujours pauvre, ce qui est une des plus puissantes épreuves qu’il nous puisse faire, et il s’y soumet amoureusement, et non pas pour un temps, car il fut pauvre toute sa vie.

Saint François de Sales

 
© 2019 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales